Centre d'études pour le développement et la prévention de l’extrémisme

Ahmat Yacoub invité de Antoine Garapon de radio France culture

Rédigé le Jeudi 16 Mai 2019 à 19:18 | Lu 312 fois | 2 commentaire(s)

"ce n'est pas l'occident qui aide dans la lutte contre Boko Haram mais que ce sont les africains qui aident l'occident puisque Boko Haram dit combattre l'éducation occidentale".


Invité de Radio France Culture jeudi dans l'après midi, Dr. Ahmat Yacoub le Président du Centre pour le développement et la prévention de l’extrémisme a accordé un entretien sans concession pour décrypter le radicalisme et l'extrémisme en faisant une analyse croisée sur les parcours socio-économiques et éducatifs des désengagés de Daech et de ceux de Boko Haram. Le président du Centre a souligné que « Bien qu’il existe quelques similitudes il existe cependant beaucoup de différences dans la typologie et dans les parcours socioéducatifs". Il constate que des efforts ont été consentis dans le combat contre Boko Haram, il persiste nonobstant un long chemin à parcours et pour en arriver au bout de l'extrémisme, il faut que la communauté internationale change de stratégie car l’on dépense des sommes colossales dans des conférences, ateliers, forum et colloques tandis que "les ayant droit" n’en profitent nullement a indiqué le Docteur en sociologie qui ajoute que l'option militaire à elle seule n'a jamais vraiment résolu de façon définitive un conflit. La région de Boko Haram longtemps délaissée vit une misère, une pauvreté, un sous développement. Quant aux 2200 désengagés, il estime qu'ils ont droit à une insertion socioprofessionnelle. Ahmat Yacoub a tenu à préciser que ce n'est pas l'occident qui aide dans la lutte contre Boko Haram mais que ce sont les africains qui aident l'occident puisque Boko Haram dit combattre l'éducation occidentale. Pour récompenser notre soutien il faut aider au développement économique et éducatif de la région du Lac Tchad avant que ce ne soit trop tard. Tous les indicateurs scientifiques attestent qu'il y a un risque apparent d'un rétrécissement sérieux du Lac Tchad et par conséquent cette bombe démographique à retardement de 40 000 personnes s'explosera à la figure de l'occident, a tenu à rappeler A. Yacoub.





1.Posté par Dr kodok le 17/05/2019 13:25
Très bonne initiative en adoptant ce mode de lutte contre l'extrémisme dans les pays africains.

2.Posté par Dr kodok le 17/05/2019 13:27
Cette jeune fondation a vraiment besoin le concours de tous les populations, les décideurs et les États.

Nouveau commentaire :


Mot du Président du Centre



Halima Adama, rencontre avec une jeune kamikaze de Boko Haram

Le centre

Rss
Facebook
Twitter
Mobile