Centre d'études pour le développement et la prévention de l’extrémisme

Les Talibés en Afrique, une bombe à retardement

Rédigé le Mercredi 29 Août 2018 à 12:52 | Lu 79 fois | 0 commentaire(s)

‘‘L’EDUCATION DE QUALITE UNE ARME EFFICACE CONTRE L’EXTREMISME VIOLENT’’. Communément appelé Mouhadjirins au Tchad et les Talibés au Sénégal, les apprenants de certaines écoles coraniques sont exposés à des risques considérables de violence qui conduisent aux comportements de non-respect des principes de la diversité culturelle (religieuse, ethnique, politique etc). Ce qui explique


Installées dans les différentes villes du pays et dans les quartiers de la ville de N’Djamena, les écoles coraniques font dans la formation et l’instruction de l’islam d’où la mémorisation du Saint Coran. L’apprentissage est généralement accès aux jeunes qui sont inscris dans ces écoles par leurs parents ou soient par un membre de la famille. Ces derniers proviennent de différentes localités du pays (Tchad), pour certains des pays de la sous-région (Niger, Nigéria, Cameroun et la République Centrafricaine). L’instruction religieuse constitue un havre de paix et d’éducation des jeunes dans l’appréhension de la vie spirituelle celle du développement psycho-social, du respect du prochain, la cohabitation pacifique, la tolérance, l’unité... Elle vient en apport à l’éducation familiale, compte tenu de l’appartenance à la religion des parents biologiques. Les parents ont pour responsabilités primordiales d’orienter leurs progénitures à la religion dont ils s’identifient. C’est dans cette optique que certains parents envoient leurs enfants apprendre à lire et à maitriser le Saint-Coran hors de leurs localités d’origines.
Le phénomène de l’extrémisme violent par son corollaire de barbarie est devenu une des préoccupations majeures pour les Etats, les organisations internationales et l’ensemble de la communauté internationale. Les dégâts causés par les groupes extrémistes, interpellent la responsabilité des acteurs en charge dans la lutte contre l’extrémisme violent et la radicalisation des jeunes. L’Afrique centrale, occidentale, orientale et australe fait face à la montée croissante de l’extrémisme violent. Les jeunes garçons sont soumis à un apprentissage rudimentaire du Coran, qui se caractérise par toutes les formes de violences faites à leurs égards par leurs maîtres.
Communément appelé Mouhadjirins au Tchad et les Talibés au Sénégal, les apprenants de certaines écoles coraniques sont exposés à des risques considérables de violence qui conduisent aux comportements de non-respect des principes de la diversité culturelle (religieuse, ethnique, politique etc). Ce qui explique (...) A suivre la publication de cette étude réalisée par le CEDPE (le Centre d'études pour le développement et la prévention de l'extrémisme) et qui sera disponible début octobre dans le prochain de la revue scientifique. pour tout contact : yacoubahmat@aol.com tel: 0023599860817 ou 0033772438986




Nouveau commentaire :


Mot du Président du Centre



Halima Adama, rencontre avec une jeune kamikaze de Boko Haram

Le centre

Rss
Facebook
Twitter
Mobile