Prévention de l’extrémisme au Sahel
Fabrik* Fabrik*
Centre d'études pour le développement et la prévention de l'extrémisme au Sahel

"Libye, une proie à la portée des prédateurs", analyse à ne pas rater

Rédigé le Jeudi 23 Juillet 2020 à 11:46 | Lu 27 fois | 0 commentaire(s)

https://www.morebooks.shop/bookprice_offer_e339e49217f9acbdceecb3868fa4078723478025?locale=fr¤cy=EUR


Mercenaire russe
Mercenaire russe
Analyse faite par
Dr. Ahmat Yacoub, chercheur, Président du CEDPE
Avec la collaboration de M. L. Favitsou Boulandi, chercheur associé au CEDPE

 
Introduction : Il semble opportun de se demander comment à partir d'une quête de liberté démocratique qui a commencé avec les manifestations de Benghazi de février 2011, l'on se retrouve aujourd'hui avec une Libye plongée dans un chaos alimenté par des interférences étrangères. Cette question a le mérite d’être posée car, de sa réponse, pourrait probablement découler la solution à la crise libyenne. Nous publions cette analyse à un moment où la situation en Libye évolue à grande vitesse. Les forces du GNA, gouvernement reconnu par la communauté internationale, enregistre quelques victoires face à la débandade des forces de l’homme fort de l’est, le maréchal Khalifa Haftar, laissant derrière elles un impressionnant arsenal militaire. Quelques soixante-sept chars «Ramsès» de fabrication égyptienne et 205 blindés en provenance des Emirats arabes unis saisis par les forces du GNA qui, en 72H, ont réussi à réoccuper l’aéroport international de Tripoli, Kasr Ben Khachir, Tarhūnah, Ben Walid, Wichka et se retrouver autour de la ville de Syrte qui pourrait être désormais la ligne de démarcation difficilement franchissable, à en croire les dires de la Russie et l’Egypte.
N’ayant sans doute pas eu le temps ou la présence d’esprit de nettoyer les traces de massacres perpétrés dans les territoires qu’ils occupaient, les forces de Haftar, ont abandonné dans leur replis, de nombreux charniers découverts dans l’ouest du pays. Au moment où nous bouclons cette analyse, tout se joue autour de Syrte et des sites pétroliers dont l’interdiction de la production par le maréchal Khalifa Haftar aurait coûté environ 7 milliards de dollars.

https://www.morebooks.shop/bookprice_offer_e339e49217f9acbdceecb3868fa4078723478025?locale=fr&currency=EUR
 
 





Mot du Président du Centre



Halima Adama, rencontre avec une jeune kamikaze de Boko Haram

Le centre

Rss
Facebook
Twitter
Mobile