Prévention de l’extrémisme au Sahel
Fabrik* Fabrik*
Centre d'études pour le développement et la prévention de l'extrémisme au Sahel

Un membre de Boko Haram fait des aveux

Rédigé le Samedi 9 Mai 2020 à 19:47 | Lu 22 fois | 0 commentaire(s)

Je ne sais pas comment la police mettra fin aux activités du groupe car nous sommes partout. »


"Mustapha Aminu et son frère cadet Sahid, faisaient partie des neuf suspects arrêtés pour avoir commis divers crimes dans le nord du pays. Mustapha (21 ans), lors de ses interrogatoires avec la police, a déclaré que le projet du groupe était de reprendre le Nigeria. Les deux frères ont affirmé avoir été contraints d'abandonner l'école en 2015 et de rejoindre un groupe terroriste. D'autres suspects sont Shuaibu Ahmadu, Aminu Shuaibu, Ishak Khalid, Yusuf Abubakar, Awal Umar, Abubakar Isah Muhammed et Abubakar Mustapha, qui ont tous avoué être des membres actifs du groupe. Le groupe terroriste populairement connu sous le nom d'Ansarul aurait procédé à l'enlèvement de deux expatriés travaillant avec Tricata Ltd. Ils auraient également participé à l'enlèvement de Magajin Garin de Daura dans l'État de Katsina. Cependant, leur objectif ultime est de prendre le contrôle du Nigeria. Mustapha a déclaré: «J'ai 21 ans et Sahid est mon frère aîné. Nous sommes de l'État de Kaduna et étions dans le même collège lorsque mon père nous a forcés à abandonner l'école. «J'avais 16 ans et ils ont dit que j'étais trop jeune pour aller en Libye. Mon père m'a remis à un Mahmoud qui m'a appris à tirer et à conduire leur véhicule opérationnel. «Mon travail consistait à faire des courses jusqu'à ce que je sois assez vieux pour voyager à l'étranger pour la formation. Je les aide normalement à acheter de la nourriture et veille parfois sur les personnes enlevées. «Quand je me suis converti, ils nous ont dit que nous nous battions contre le gouvernement nigérian. Ils nous ont fait croire que lorsque nous prendrons le contrôle du Nigéria, nos familles deviendront millionnaires et posséderont des maisons à Abuja. «J'ai reçu une allocation mensuelle de 100 000 N pour rester en ville et faire des courses. Il est également de ma responsabilité de récupérer les armes de nos membres à Sokoto. Je vais collecter autant que possible et prendre dans la brousse. «Nous ne le payons pas parce que tout le monde travaille pour gagner la guerre. Parfois, ils me donnent de l'argent pour lui faire un cadeau. «L'année dernière, lorsque la police a arrêté mon père, j'ai juré de quitter le groupe car je savais que la police me cherchait également. Après quelques mois, je suis devenu fauché, j'ai donc décidé de retourner dans le groupe. «Je suis désolé et je souhaite que mon père ne me retire pas de l'école. Je voulais devenir médecin et j'aimerai quand même retourner à l'école si j'en ai l'occasion. Je ne sais pas comment la police mettra fin aux activités du groupe car nous sommes partout. »





Mot du Président du Centre



Halima Adama, rencontre avec une jeune kamikaze de Boko Haram

Le centre

Rss
Facebook
Twitter
Mobile