Centre d'études pour le développement et la prévention de l’extrémisme

les désengagés de Boko Haram, la vie aant et après, conférence à la librairie de Thuard

Rédigé le Vendredi 10 Mai 2019 à 00:17 | Lu 37 fois | 0 commentaire(s)


Le jeudi 9 mai 2019, une conférence a été organisée par le laboratoire ESO du Mans université. la conférence qui a eu lieu à la librairie Thuard du Mans a été animée par M. Jean Philippe Melchior maître de conférence et vice président du Maine université et le Dr. Ahmat Yacoub, ancien conseiller du Médiateur de la République au Tchad et Président Fondateur du Centre d'études pour le développement et la prévention de l'extrémisme (CEDPE). Le Premier a présenté le cas de radicalisés dans les prisons en France alors que les deuxième a fait un exposé sur les parcours sociaux et la typologie des désengagés de Boko Haram sur un échantillon de 2200.

Les désengagés de Boko Haram sont des anciens terroristes, ceux qui sont convaincus par expérience que le terrorisme est inhumain et il faut le combattre, ceux qui ont exprimé des regrets et accepté de déposer les armes et rejoindre la légalité. D’un effectif estimé à 2200 (avril 2018), cette catégorie d’ex-daechistes endoctrinés qui par le passé a contribué aux atrocités du groupe terroriste de « l’Organisation de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest » peut-elle bénéficier d’une insertion socioprofessionnelle pour l’empêcher de récidiver ? pour l’aider à se désendoctriner, se débarrasser définitivement de la radicalisation, idéologique ? Pour la première fois, le CEDPE a réussi à dégager une cartographie sur Boko Haram dont le nombre en 2016 était de 14520 avant de rechuter à 12000 en 2018 pour rebondir en 2019 grâce à la présence au sein de Boko Haram des combattants africains de Daech arrivés de Syrie et d'Irak après la défaite du Califat.

 


Book Haram signifie tout simplement « le livre interdit », illicite, illégal. Pour les disciples de « Jama-at-Ahlal Sunna lil dawa Wal Jihad »1 le livre occidental, c’est-à-dire l’enseignement de la langue occidentale doit être banni dans les écoles qui ne doivent être que consacrées à l’étude du Coran et les principes de l’Islam. Cette interdiction du livre occidental est un principe sacro-divin qui ne doit être l’objet d’aucune discussion. Le nom Book Haram a été déformé pour devenir Boko Haram. C’est pourquoi, le groupe n’épargne pas dans ces attaques tout établissement scolaire enseignant des matières occidentales. Il incendie les établissements scolaires, enlève ou tue les enseignants.

D’idéologie salafiste, le groupe a été formé en 2002 à Maiduguri, à Bornu state, au Nigeria, par le prédicateur Mohammed Yusuf qui prêchait d’une manière pacifique un islam radical. En 2009, le mouvement a appelé à la lutte armée (Le Djihad) après une manifestation pacifique violemment réprimée par les forces de l’ordre nigériane où son leader Mohammed Yusufu arrêté et sommairement exécuté. Depuis, son disciple Abubakar Shekau prend la tête et officialise le caractère insurrectionnel du mouvement et s’allie à Al-Qaïda et surtout à l’État Islamiste à qui il a prêté allégeance le 7 mars 2015, pour devenir L’État Islamique en Afrique de l’Ouest (EIAO). Considéré comme un des mouvements les plus atroces, du XXIe siècle, avec à son actif des crimes contre l’humanité ayant affecté non seulement le Nigeria, mais aussi le Cameroun, le Niger et le Tchad. Sa stratégie de terreur contre les populations civiles, l’occupation de plusieurs localités nigérianes importantes, ses menaces contre les pays riverains du Lac Tchad, ont contraint le Tchad à s’engager militairement pour venir au secours de ses voisins. Interpellé par les atrocités du groupe, en août 2016, Abu Mosab Albarnawi écarte Abubakar Shekau et prend la tête du mouvement. On peut - à travers le recensement des désengagés et sur la base des différents témoignages - estimer l’effectif des combattants actifs de Boko Haram sur le terrain à 14520 en 2016 et à 12320 en 20182  ; exemples : « Parmi les 15 personnes qui sont partis volontairement 2 sont revenues »3 . « Sur les 110 personnes qui sont partis 20 sont revenues. Il y a environ deux cent ménages dans le village »4 . Une forte présence de la femme au sein de Boko Haram estimée à 42,7 % soit entre 6926 en 2016 à 5260 en 2018. Nonobstant, toutes les femmes présentes au sein de Boko Haram ne participent pas aux combats. Une grande partie participe volontairement ou de force aux activités ménagères et une partie utilisée comme esclaves sexuelles. BH est divisé en trois tendances : Le groupe de Shekau occupe une partie du nord Cameroun et du Nigéria frontalière au Cameroun ; celui de Mahamat Nour occupe le nord-ouest du Nigéria, la localité de Baga-Kawa et Doro-Baga ; Et Abba Kaka occupe la partie du Niger le nord-ouest, frontière avec le Nigéria et le Tchad.

 

1 Le Groupe sunnite pour la prédication et la lutte sacrée (Djihad) ; le groupe engagé dans la propagation de l’enseignement du prophète Mohammed et du Djihad.

2 Estimation CEDPE, avril 2018

3 Rapport de mission sur les droits de l’homme du 06 au 12 février 2019 dans la province du Lac, témoignage d’un rescapé de BH, El hadj Abdou Malloumi le chef de la communauté Gouria de Midi Kouta, Archives du CEDPE.

4 Rapport de mission sur les droits de l’homme du 06 au 12 février 2019 dans la province du Lac, témoignage d’un rescapé de BH, El hadj Abdou Malloumi le chef de la communauté Gouria de Midi Kouta, Archives du CEDPE.





Nouveau commentaire :


Mot du Président du Centre



Halima Adama, rencontre avec une jeune kamikaze de Boko Haram

Le centre

Rss
Facebook
Twitter
Mobile