Prévention de l’extrémisme au Sahel
Fabrik* Fabrik*
Centre d'études pour le développement et la prévention de l'extrémisme au Sahel

plus de 40 associations de femmes en conclave au cedpe

Rédigé le Mercredi 25 Mars 2020 à 14:28 | Lu 6 fois | 0 commentaire(s)

Tchad : la femme, un acteur majeur dans la lutte contre l'extrémisme violent.


Le président du Centre d'études pour le développement et la prévention de l'extrémisme (CEDPE), Dr. Ahmat Yacoub Dabio, a reçu mercredi au siège de l'organisation une forte délégation de la Maison nationale de la femme et de 40 associations des femmes tchadiennes. La délégation était composée du directeur des recherches des projets de la Maison de la femme, Moitingare Dimanche, de la directrice de la formation professionnelle, Mme. Zenabe Tidjani Adoum, du directeur de la protection du droit de la femme, Nangtotngue Ronel, et de la directrice à la mobilisation sociale et de la communication, Mme. Bekoullom Débat Mbaitoloum. La visite a permis à la délégation d'échanger avec le président du centre et de connaître les objectifs atteints en matière de lutte contre l'extrémisme violent, la prévention de l'extrémisme violent et la formation professionnelle des jeunes. La délégation de la Maison nationale de la femme a profité de sa visite pour visiter le Centre et rencontrer les différentes associations féminines qui œuvrent dans le cadre de la vulgarisation et l'autonomisation de la femme. Ahmat Yacoub Dabio, a déclaré que le CEDPE veut inciter les jeunes à prévenir l'extrémisme violent. Le Centre lutte contre cet extrémisme violent dans toutes ses formes, et a aussi pour objectifs de former et de sensibiliser les jeunes tchadiens pour un avenir meilleur. Le président du CEDPE estime que la lutte contre l'extrémisme violent n'est pas seulement une affaire d'hommes, elle concerne aussi les femmes afin de lutter contre ce fléau dans leur milieu respectif. Cet objectif ne peut se traduire que par la gestion rationnelle des ressources humaines, matérielles et économiques, basée sur le respect des droits des uns et des autres, et plus particulièrement la culture de la paix, la cohabitation pacifique, l'amour et la fidélité dans le milieu associatif. La présidente de l'organisation Al Nahda pour la charité et le développement des femmes et des jeunes, Mme. Mouna Annour Abdelhak, souligne que pour atteindre ces objectifs, les femmes du milieu associatif tchadien doivent "cultiver l'amour du prochain, la tolérance et la fidélité dans leurs actions." Pour sa part, la directrice chargée de la formation professionnelle de la Maison nationale de la femme, Mme. Zenabe Tidjani Adoum, relève que cette institution publique "œuvre sur les activités de la femme tchadienne dans le domaine de la formation, de l’éducation, l'autonomisation et la vulgarisation. Elle précise que la lutte contre l'extrémisme violent ne peut être effectuée que par l'éducation, la sensibilisation et la formation professionnelle de la femme qui est un acteur important. Source: Alwihdainfo.com




Nouveau commentaire :


Mot du Président du Centre



Halima Adama, rencontre avec une jeune kamikaze de Boko Haram

Le centre

Rss
Facebook
Twitter
Mobile