Prévention de l’extrémisme au Sahel
Fabrik* Fabrik*
Centre d'études pour le développement et la prévention de l'extrémisme au Sahel

Le CEDPE lance un projet humanitaire au Tchad

Rédigé le Mercredi 20 Mai 2020 à 13:57 | Lu 16 fois | 0 commentaire(s)

Le projet consiste à identifier les familles démunies et à leur venir en aide.


Le CEDPE lance un projet humanitaire au Tchad
Dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, le Centre d'études pour le développement et la prévention de l'extrémisme (CEDPE), en partenariat avec l’association Alnahda pour la charité et la bienfaisance, a officiellement lancé le projet ''Sourire famille'', mardi au camp des retournés de Gaoui.  Le projet consiste à identifier les familles démunies et à leur venir en aide. D'après le Programme alimentaire mondial, le nombre de personnes souffrant sévèrement de la faim pourrait doubler dans le monde en raison de la pandémie. Au Tchad, l'Office national de la sécurité alimentaire estime que près de 2,2 millions de citoyens sont concernés par un besoin en soutien alimentaire, soit 14,6% de la population ou plus d'un tchadien sur sept.  Face aux conséquences dramatiques de la crise sanitaire sur la population, de nombreux citoyens et organisations apportent leur appui à travers des actions multiformes de solidarité nationale. Le projet ''Sourire famille'' entend soutenir et réconforter les couches vulnérables durant cette période. Le don du CEDPE, en partenariat avec l’association Alnahda pour la charité, est constitué d'un kit alimentaire complet à savoir : un sac de sucre de 5 kg, un sac de riz, un sac de farine de maïs de 50 kg, un bidon d'huile de 10 L, une grande boîte du lait en poudre, un carton de pâtes alimentaires de 24 pièces et des vêtements pour la fête du ramadan.  Le président du CEDPE, Ahmat Yacoub Dabio, a déclaré que les réfugiés et les retournés sont les premières personnes nécessiteuses d'un geste humanitaire qui leur permet de faire face aux effets de la pandémie. Selon lui, secourir des personnes en difficultés, c'est apporter une contribution à la construction de l'humanité et apporter un soutien aux personnes en danger. Le don estimé à une valeur de 500.000 Fcfa est l'œuvre d'une jeune étudiante franco-tchadienne en 2ème année en France, pour aider les couches vulnérables via des entités associatives.  La présidente de l'ONG Alnahda pour la charité et la bienfaisance, Mme. Mounna Mahamat Assaffi, a affirmé que le don permettra de nourrir des familles vulnérables, afin de mieux supporter cette période marquée par la canicule, la crise sanitaire et le Ramadan. Le chargé du projet, Hadjaro Alwali, a précisé que l'initiative de distribution de vivres aux couches vulnérables ne compte pas se limiter à cette opération : "Nous avons déjà d'autres projets de distribution de vivres en faveur des personnes démunies qui sont en cours dans les jours à venir".  La toute première bénéficiaire, Kaltouma Adam, a salué cette initiative de distribution gratuite de vivres à des familles vulnérables. Selon elle, ce don est une bénédiction divine qui mérite beaucoup d’encouragements. « C'est grâce à ce geste que nous allons manger à notre faim jusqu'à la fin du Ramadan, Dieu merci », se réjouit-elle. La deuxième bénéficiaire, Mme. Zahra Habib Ahmat, mère de sept enfants, a exprimé sa reconnaissance pour ce geste d'humanisme. Elle a demandé aux autres partenaires de suivre cet exemple salutaire, afin de sauver la vie des personnes vulnérables.  Ce projet de soutien aux familles vulnérables au Tchad se poursuivra grâce aux soutiens, depuis le Tchad et au sein de la diaspora. Sourire Famille lance un appel à tous ceux qui veulent rejoindre cette démarche, et met un numéro à disposition : +235 65643953. Source Alwihdainfo





Mot du Président du Centre



Halima Adama, rencontre avec une jeune kamikaze de Boko Haram

Le centre

Rss
Facebook
Twitter
Mobile